Photo d’une vue de l’exposition Blackity. À gauche de la photo, sur un mur blanc, nous pouvons y lire en gris clair le titre de l’exposition : « BLACKITY » et juste en dessous, en plus petits caractères, « commissaire/curator : Joana Joachim ». À droite de ce mur blanc se trouve une ouverture agissant comme l’entrée de l’exposition. Cette photo nous offre donc un avant-goût de ce que contient l’exposition, l’intérieur de la salle étant que partiellement visible à travers l’entrée de l’exposition.
Blackity (2021-2022), vue d’exposition. Crédit photo : Paul Litherland, 2021.

Blackity

Une exposition commissariée par Joana Joachim

23 septembre 2021 - 26 mars 2022 / en ligne dès le 7 octobre 2021

L’omission cyclique des pratiques artistiques canadiennes noires est depuis longtemps caractéristique des institutions culturelles de L’île de la tortue. Pourtant, comme le souligne la commissaire et chercheure Andrea Fatona  lors d’une entrevue avec l’artiste et commissaire Liz Ikiriko [1], il y a des périodes distinctes durant lesquelles le travail des praticien·ne·s des arts canadien·ne·s noir·e·s se fait connaître malgré ce phénomène.  L’écriture critique et la documentation archivistique de ces moments sont cruciales à leur inscription dans la mémoire collective et  à même les discours historiques communs de l’art canadien. Qu’est-ce que de tels écrits révèlent sur l’histoire de l’art noir canadien quand ils sont vus comme un continuum?

Blackity retrace le parcours de l’art contemporain noir canadien, tel qu’en témoigne la collection d’Artexte entre les années 1970 et 2010. L’exposition réunit des moments et des personnes clés pour faire l’analyse des points thématiques, esthétiques et conceptuels qui les relient. En plaçant ces documents en rapport les uns avec les autres, la commissaire Joana Joachim commence à tracer une cartographie temporelle de l’histoire de l’art noir au Canada. L’exposition est présentée sur place et en ligne. L’espace numérique est conceptualisé comme un volet complémentaire de l’exposition matérielle, pour donner un aperçu du milieu de l’art noir canadien, au-delà du cadre de la collection d’Artexte. 

Les bandes verticales visibles dans l’exposition procurent une visualisation de l’information tirée de la collection numérique e-Artexte. Le mouvement ascendant des bandes éparses souligne la nature fragmentaire de cette histoire, en faisant écho aux courants de la documentation des pratiques artistiques noires au Canada. Les bandes les plus minces correspondent à un nombre restreint de documents pendant une certaine période de temps dans la collection, tandis que les bandes plus larges signalent une abondance d’information. L’exposition numérique comprend des clips audio préparés par la commissaire, des notes brèves et des annotations additionnelles faisant référence à différentes personnes, projets, documents et vidéos en dehors de la collection d’Artexte. 

– Joana Joachim, commissaire

 

Visitez le segment virtuel de l’exposition Blackity : artexte.art/fr

 

Dre. Joana Joachim se joindra à la Faculté des beaux-arts de l’université Concordia à titre d’Assistant Professor in Black Studies in Art Education, Art History and Social Justice dès janvier 2022. Ses domaines de recherche et d’enseignement incluent l’histoire de l’art féministe noire, les approches muséologiques critiques, les études sur les Canadien.ne.s noir.e.s et sur l’esclavage au Canada. Son travail doctoral financé par le CRSH,  There/The, Here/Now : Black Women’s Hair and Dress in the French Empire examine la culture visuelle des cheveux et des vêtements des femmes noires au XVII et XVIIIe siècle en étudiant les pratiques d’auto-préservation et de soins personnels à travers la lentille de la créolisation, ainsi que les pratiques artistiques historiques et contemporaines. Elle a obtenu son doctorat au département d’Art History and Communication Studies, ainsi qu’à l’Institute for Gender, Sexuality and Feminist Studies à l’université McGill, sous la direction de la Dre Charmaine A. Nelson. En 2020, elle a été nommée chercheure-boursière postdoctoral au bureau du Vice-principal exécutif (enseignement) de l’Université McGill en histoire institutionnelle, en esclavage et en colonialisme.

 

[1] Fatona, Andrea et Ikiriko, Liz. “Speaking Ourselves Into Beings.” C Magazine: 144. Hiver 2020 (2020).