Artexte, 2022

Symposium Blackity

Co-présenté par le Gail and Stephen A. Jarislowsky Institute for Studies in Canadian Art, Université Concordia

27 mai 2022 — @ en ligne

Ce rassemblement virtuel sera l’occasion d’explorer les questionnements que soulève Dre. Joana Joachim dans Blackity, à travers les voix d’acteur.trice.s marquant.e.s de cette exposition et recherche, tout en offrant une riche réflexion sur le passé, présent et futur de l’art contemporain canadien noir et ses multiples formes. Conférence, édit-a-thon art+féminisme, panel de discussion et lecture de poésie sont au rendez-vous.

 

Horaire de la journée :

10h00 – Introduction :

Invitée : Joana Joachim

Mot de bienvenue et introduction à Blackity, l’exposition et le projet de recherche

10h40 – Conversation :

Invitées : Andrea Fatona et Joana Joachim

12h00 – Atelier-dîner de contribution Art+Féminisme sur Wikipédia:

Contribuez à l’ébauche d’une page Wikipédia pour l’exposition « Black Wimmin when and where we enter » (1989)

Consultez nos ressources et outils de formation Wikipédia

13h30 – Panel de discussion :

Invitées : Deanna Bowen, Betty Julian et Joana Joachim

Animatrice : Mojeanne Behzadi, conservatrice de la recherche et de la programmation à Artexte

15h00 – Lecture de poésie et conclusion du symposium :

Invitée : Maguy Métellus

 

Joignez-vous à nous sur Zoom

 

Indiquez votre participation sur notre évènement Facebook ICI

 

Biographies des invité.e.s :

Dre. Joana Joachim est Assistant Professor in Black Studies in Art Education, Art History and Social Justice à la Faculté des beaux-arts de l’université Concordia. Ses domaines de recherche et d’enseignement incluent l’histoire de l’art féministe noire, les approches muséologiques critiques, les études sur les Canadien.ne.s noir.e.s et sur l’esclavage au Canada. Son travail doctoral financé par le CRSH, There/Then, Here/Now: Black Women’s Hair and Dress in the French Empire examine la culture visuelle des cheveux et des vêtements des femmes noires au XVII et XVIIIe siècle en étudiant les pratiques d’auto-préservation et de soins personnels à travers la lentille de la créolisation, ainsi que les pratiques artistiques historiques et contemporaines. Elle a obtenu son doctorat au département d’Art History and Communication Studies, ainsi qu’à l’Institute for Gender, sexuality and Feminist Studies à l’université McGill, sous la direction de la Dre. Charmaine A. Nelson. En 2020, elle a été nommée chercheure-boursière postdoctoral au bureau du Vice-principal exécutif (enseignement) de l’université McGill en histoire institutionnelle, en esclavage et en colonialisme.

 

Dre. Andrea Fatona est commissaire indépendante, Associate Professor à la Faculté d’art de l’Ontario College of Art and Design University (OCAD) et titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2 portant sur la production culturelle de la diaspora noire canadienne. Elle s’intéresse aux questions d’équité dans la sphère des arts, ainsi qu’aux possibilités pédagogiques d’œuvres d’art produites par les Canadien.ne.s Noir.e.s de manière à articuler de plus amples perspectives des identités canadiennes. Plus largement, ses intérêts portent également sur les façons dont l’art, la culture et l’éducation peuvent éclairer des questions complexes liées à la justice sociale, à la citoyenneté, l’appartenance et à l’identité nationale. Elle est récipiendaire de prix du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts de l’Ontario et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Elle a également été boursière 2017-2017 de l’OCAD U-Massey. Fatona a publié des articles académiques, des essais et des chapitres d’ouvrages dans un éventail de publications.

 

Deanna Bowen est une descendante de deux familles pionnières noires des prairies de l’Alabama et du Kentucky, depuis établies à Amber Valley et à Campsie, en Alberta. L’histoire familiale de Bowen est le pivot central de ses travaux interdisciplinaires et auto-ethnographiques depuis le début des années 1990. Elle fait usage d’un répertoire de gestes artistiques afin de définir le corps noir et de retracer sa présence et son mouvement dans le temps et l’espace. Elle est récipiendaire de nombreuses subventions et prix, incluant le Prix de photographie Banque Scotia (2021), un Prix du Gouverneur général (2020), le John Simon Guggenheim Memorial Foundation Fellowship (2016) et le Willian H. Johnson Prize (2014). Ses écrits, entretiens et œuvres d’art ont été publiés dans Canadian Art, The Capilano Review, The Black Prairie Archives et Transition Magazine. Bowen est rédactrice en chef de la publication de 2019 intitulée Other Places: Reflections on Media Arts in Canada. Deanna vit et travaille à Montréal (Qc), où elle est Assistant Professor of Intersectional Feminist and Decolonial 2D-4D Image Making et co-directrice de Post Image Cluster à l’Université Concordia.

 

Betty Julian [réside à Toronto, Ontario, Canada] est issue de la diaspora noire et citoyenne hors communauté de la Première Nation Sipekne’katnik à Mi’kma’ki (Nouvelle-Écosse) sur le territoire ancestral et non cédé de la Nation Mi’kmaq.

Betty est une commissaire indépendante d’art contemporain avec une spécialisation en photographie, en film et en vidéo comme formes d’art. Betty a été Assistant Professor et Sessional Faculty au programme de photographie de l’Université OCAD (2001 à mai 2015). Ses pratiques curatoriale et d’enseignement en art sont nourries par les discours critiques et intersectionnels portant sur l’esthétique, le colonialisme, la culture, le genre, la race et la pensée psychanalytique.

En tant que commissaire d’art contemporain, elle s’est longtemps engagée auprès du Prefix Institute of Contemporary Art à titre de membre fondateur du conseil consultatif de la revue Prefix Photo et comme membre du conseil des commissaires de 2004 à 2018, où elle a été commissaire et a commissionné des expositions. Betty a commissarié 31 de Lorna Simpson (2005), l’exposition de groupe Trade Marks (2013), Facing (2016) ; la première exposition solo au Canada de Renée Green, l’exposition de groupe Movers and Shakers (2018), Listen, speak and sing (2019) ; une exposition solo de nouvelles œuvres de Nadya Myre, Mirage (2020) ; une exposition solo de Lyla Rye, ainsi que l’exposition de groupe Movers and Makers (2021) qui sera en tournée au McMaster Museum of Art à l’automne 2022.

En 2019, 2020 et 2021, Betty était commissaire adjointe à Prefix ICA.

 

Québécoise d’origine haïtienne, Maguy Métellus est une militante afroféministe, animatrice, diseuse et lectrice très sollicitée, artiste de la parole,  passionnée de poésie et du verbe. Elle est reconnue pour son éloquence, son charisme, de même que sa capacité à s’exprimer avec un égal bonheur en français, en créole et en anglais. Elle est membre du collectif haïtien « Les Dimanches Littéraires de Montréal », avec qui elle a participé depuis 1995 à de nombreux spectacles.

De 2002 à 2007, elle organise et anime Les Dimanches Afrocentrik, soirées de poésie, de musique, de chant et de danse, au Salon Daomé. Elle y accueille des artistes de la scène montréalaise, connus ou en voie de l’être, de même que des artistes d’ailleurs. De septembre 2006 à juillet 2016 elle est à la barre de sa propre émission, D’une île à l’autre (DIALA), sur les ondes de CPAM – 1410 AM. D’octobre 2013 à juin 2014, elle organise et anime les Ciné-mardis du Vétiver. En mai 2016 elle s’associe aux écrivains H. Nigel Thomas et Horace I. Goddard (RIP) pour créer les soirées Lectures Logos Readings.