Desire Lines. Des espaces narratifs en déplacement (2023), vue d’exposition. Commissaire : Felicity Tayler © Paul Litherland pour Artexte.

Desire Lines. Des espaces narratifs en déplacement

Une exposition commissariée par Felicity Tayler

20 janvier - 25 mars 2023

Vernissage — Jeudi 19 janvier 2023 – 18h00 @ Artexte

 

Des lignes de désir sont ces chemins créés lorsque les gens se déplacent à travers des zones urbaines ouvertes. Ces traces bien usées dans la terre nous montrent un quotidien déterminé par le chevauchement d’une volonté et d’une intention, des espaces façonnés en collectivité en dépit des forces structurelles investies dans l’infrastructure et l’aménagement paysagé. Similairement, l’édition de magazines artistiques à Toronto, à compter des années 1970, a été un espace traversé par des lignes de désir pour l’accès à l’impression à titre de médium de communication ayant un effet politique ; d’organisation de la main-d’œuvre via le mentorat et des structures de parenté, ainsi que de nouvelles formes de représentation par le biais d’une analyse du genre, de la classe et de la race.

Commissariée par Felicity Tayler, l’exposition Desire Lines. Des espaces narratifs en déplacement met en valeur ces lignes, délimitées par des métadonnées décrivant trois magazines publiés à Toronto entre 1978 et 1987 : Fireweed, Border/Lines et Fuse (anciennement connu sous le nom de Centerfold), ainsi que leur réseau d’artistes et d’auteur·es qui se sont mobilisé·es autour de ces derniers. Si peu de distinction est faite entre les fondateur·trices de magazines ou l’attention accordée à la notoriété de leurs contributeur·trices ; l’emphase est plutôt portée sur la connectivité à travers les relations de coéditions accumulées. Cependant, ces relations ne sont qu’une représentation incomplète de la multiplicité des communautés desquelles sont issu·es ces auteur·es, et souhaiter l’exhaustivité est l’expression d’un désir qui regarde vers un horizon utopique.

— Felicity Tayler, commissaire

 

Consultez l’opuscule de cette exposition ICI

 

Avec les œuvres et contributions de : Luis Jacob, Tomasz Neugebauer, Pamila Matharu, Clive Robertson et Felicity Tayler.

 

 

Felicity Tayler est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en bibliothéconomie et en science de l’information, et vit avec sa famille sur le territoire non cédé et non abandonné de la Nation algonquine anishinaabe. Elle est bibliothécaire en gestion de données de recherche à l’Université d’Ottawa, a été cheffe par intérim, Services de recherche (arts et collections spéciales) en 2021 et 2022, puis spécialiste de l’information chez Artexte de 2010 à 2016. Ses champs d’intérêt en matière de recherche, d’art et de conservation gravitent autour de la modélisation des métadonnées historiques de l’art, de la visualisation de données et de la culture de l’imprimé inhérente à la communauté artistique. L’exposition Desire Lines. Des espaces narratifs en déplacement a d’abord pris forme dans le cadre d’une bourse du département d’histoire de l’art de l’Université de Toronto. Ce projet s’inspire de son travail en tant que co-candidate dans le cadre du SpokenWeb partnership, financé par le CRSH, qui privilégie une approche coordonnée et collaborative de l’étude historique littéraire et du développement numérique, et qui détient diverses collections d’enregistrements parlés de partout au Canada et d’ailleurs. Les essais critiques et théoriques de Tayler ont été largement publiés, et des expositions connexes ont été financées par le Conseil des arts du Canada puis le Conseil des arts et des lettres du Québec. Certaines de ces expositions ont été présentées au Musée des beaux-arts du Canada, Bibliothèques et Archives, entre autres lieux.