Le blogue d’Artexte: un lieu d’échanges, d’expérimentation et de diffusion d’idées liées à la recherche en art actuel.

Regroupe des billets qui présentent des coups de cœur à travers la collection, ainsi que des liens créés par la découverte spontanée
Comprend des échanges et conversations entre les chercheurs et le milieu de l’art contemporain. On y retrouve des entretiens, des réponses à des articles, ou encore les traces de partenariats institutionnels.
Un accès direct aux travaux et observations des individus qui fréquentent Artexte, qu’ils soient chercheurs, auteurs, étudiants ou artistes.
Section réservée aux employés, stagiaires et bénévoles d’Artexte, qui témoignent de leur expérience professionnelle.
Découvertes

La réception de dons

La réception du don. Photographie d'Eve Lafontaine, 2019.

Chez Artexte, nous avons la chance de recevoir chaque semaine de nouveaux dons de documents de la part d’artistes, d’auteurs et autrices, d’éditeurs et éditrices, de centres d’arts, de musées et de particulièr.e.s.

La diversité des pratiques et des champs d’intérêt des donateurs et donatrices, évoluant à la fois au sein et en dehors du milieu artistique local, national et international permet, non seulement d’enrichir la collection d’Artexte[1]1 (2019). Plus de 80% des acquisitions proviennent de dons de la communauté artistique., mais aussi de renouveler le regard de ses utilisateurs et utilisatrices face à elle. Chaque nouveau don présente l’occasion d’élargir les façons de réfléchir aux pratiques artistiques contemporaines et aux personnes qui opèrent dans ces domaines.

Cet automne, Artexte a reçu un don magnifique : des documents rares, incluant notamment des exemplaires de catalogues et de livres d’artistes numérotés et signés. À titre d’assistante à la collection[2]2 (2019). Ce poste est subventionné par Jeunesse Canada au Travail (JCT) et je l'ai occupé pendant l'hiver 2018-2019., j’ai eu la chance de traiter ce don. Cet article offre un regard «en coulisse» sur le processus d’acquisition et d’évaluation de dons chez Artexte.

Ouverture de la boîte et mise à jour des trésors : beaucoup de livres photographiques, quatre livres d’artiste et catalogues signés, des DVDS de performance, des livres d’art conceptuel et plusieurs livres d’artiste. Photographie d'Eve Lafontaine, 2019.

Réception du don

Au total, cette étape m’a pris une quinzaine de minutes, soit le temps de rapidement prendre connaissance du don et de discuter avec le donateur. Cette discussion m’a permis d’apprendre à propos de la valeur et l’origine de certains documents et ensuite de faire signer le contrat de donation dans l’optique éventuelle d’offrir un reçu d’impôt au donateur. C’est la beauté de travailler chez Artexte : on ne sait jamais qui va se présenter lors des heures d’ouverture et quels échanges ressortiront des visites. Depuis le début de mon contrat, j’ai eu la chance d’échanger avec divers acteurs et actrices des communautés artistiques, dont j’admirais déjà le travail. J’ai aussi découvert de nouvelles pratiques à travers divers documents : catalogue d’exposition, fanzine, affiche ou publication numérique.

Ce survol offre déjà un aperçu des intérêts de notre donateur : photographie, art conceptuel, performance. Cette donation a permis d’ajouter à la collection le dossier d’artiste de la photographe Jennifer Harper. Cette dernière a notamment photographié les transformations du quartier montréalais La Petite-Bourgogne à l’époque où s’amorçaient les constructions de l’Autoroute Ville-Marie et du centre-ville de Montréal entre les années 1969 et 1972.

Dans la collection d’Artexte, l’ajout de ce dossier d’artiste offre une meilleure représentation du travail des femmes au sein de la photographie contemporaine. Le travail de Jennifer Harper peut d’autant plus être mis en relation avec d’autres projets de la collection, qui sont réalisés par des photographes tel(le)s que Clara Gutsche, Brian Merrett ou encore Gabor Szilasi.

Parmi les documents du don, plusieurs sont accompagnés de dédicaces ou de petits mots qui témoignent parfois des sentiments de gratitude ou d’amitié ou tout simplement des rencontres interpersonnelles entre le donateur et d’autres personnalités dans le domaine des arts visuels. L’intérêt pour ces dons relève aussi de la possibilité pour le chercheur ou la chercheuse perspicace de découvrir au cours de ses recherches, les traces d’une rencontre entre différents acteurs et actrices du milieu artistique. De ce fait, la collection d’Artexte présente aussi cette Histoire des réseaux du milieu artistique.

Aperçu du don : Livre d’artiste de Barbara McGill Balfour, accompagné d’une note de l’artiste à l’intention du donateur. Combinaison-luffa : Petite (38-40) : Patron : Facile à coudre. Montréal, Qc: Barbara McGill Balfour, 1991. Photographie d'Eve Lafontaine, 2019.

Vérification dans la collection

Une fois que l’étape de la réception du don est complétée, j’ai dû vérifier que nous n’avions pas déjà les documents dans notre collection à travers une recherche dans le catalogue e-artexte. De plus, cette étape de vérification n’est pas seulement limitée à une recherche en ligne sur e-artexte. Une recherche physique, c’est-à-dire dans les boîtes de la collection, est aussi nécessaire en ce qui concerne les documents qui ne sont pas catalogués (tels que les cartons d’invitation ou le matériel d’exposition ne comprenant pas de texte).

 

Évaluation des documents

Vient ensuite l’étape où l’on évalue la valeur des documents reçus. J’ai procédé à leur évaluation à l’aide d’une échelle d’évaluation interne, du site Web de l’éditeur, du site Web de l’artiste et, si le document n’était plus en circulation, à travers des sites de ventes de livres rares ou usagés.

Parfois, il est même nécessaire de recontacter le donateur ou la donatrice afin de connaître la valeur qu’il ou elle lui attribue, s’il s’agit par exemple d’un livre d’artiste à édition limitée. Un document plus rare ou de grande valeur peut également nécessiter l’embauche d’un évaluateur ou d’une évaluatrice externe à l’organisme, afin d’assurer une évaluation plus fine du document. Cette étape d’évaluation me permet ensuite de remettre au donateur son reçu pour usage fiscal.

Le processus d’évaluation est intéressant, car il révèle toujours son lot de surprises. Sans vouloir faire de mauvais jeu de mots, il ne faut réellement pas juger un livre par sa couverture, surtout lorsque ce dernier est signé par un artiste tel que Chris Burden

Capture d'écran du site Web AbeBooks, Chris Burden 74-77. Burden, Chris. Chris Burden 74-77. Los Angeles, CA: Chris Burden, 1978. Photographie d'Eve Lafontaine, 2019.

En effet, il est souvent impossible de connaître la valeur réelle des documents avant leur évaluation. La valeur d’un document varie selon plusieurs critères: sa disponibilité sur le marché, son état, sa valeur attribuée par l’artiste et ainsi de suite. Il faut également être sensible au phénomène de surenchère lié à l’indisponibilité d’un document, qui ne reflète pas toujours sa valeur initiale.

 

Classification et classement

Une fois qu’un document est évalué, si celui-ci comprend un texte de nature critique, une notice est rédigée dans le catalogue e-artexte afin que les chercheurs ou chercheuses puissent l’identifier. C’est au bibliothécaire de déterminer s’il ou elle considère que le document devrait être catalogué. Cette étape facilite non seulement son repérage pour les usagers et usagères, mais aussi de créer de nouveaux liens entre les documents et la mise de l’avant d’artistes qui n’étaient pas encore représenté.e.s au sein de la collection.

Enfin, chaque document est ensuite classé dans la boîte qui lui a été attribuée, soit par artiste, institution ou organisme, sujet, etc.[3]3 (2019). Avis au intéressé(e)s: le système de classification d’Artexte pourrait faire à lui seul l’objet d’un article. Selon la charge de travail des bibliothécaires au moment de la réception du don, un document peut ainsi être prêt pour la consultation en quelques jours ou en quelques semaines. L’objectif de l’équipe est de toujours rendre les documents accessibles le plus rapidement possible.[4]4 (2019). En moyenne, Artexte catalogue et rend disponible entre 1000 et 2300 documents par année, et crée entre 230 et 360 nouveaux dossier.

 

Notes

  • Plus de 80% des acquisitions proviennent de dons de la communauté artistique
    (2019)
  • Ce poste est subventionné par Jeunesse Canada au Travail (JCT) et je l'ai occupé pendant l'hiver 2018-2019
    (2019)
  • Avis au intéressé(e)s: le système de classification d’Artexte pourrait faire à lui seul l’objet d’un article
    (2019)
  • En moyenne, Artexte catalogue et rend disponible entre 1000 et 2300 documents par année, et crée entre 230 et 360 nouveaux dossier
    (2019)

Article précédent

décembre 2018
Hugo Santerre