Le blogue d’Artexte: un lieu d’échanges, d’expérimentation et de diffusion d’idées liées à la recherche en art actuel.

Regroupe des billets qui présentent des coups de cœur à travers la collection, ainsi que des liens créés par la découverte spontanée
Comprend des échanges et conversations entre les chercheurs et le milieu de l’art contemporain. On y retrouve des entretiens, des réponses à des articles, ou encore les traces de partenariats institutionnels.
Un accès direct aux travaux et observations des individus qui fréquentent Artexte, qu’ils soient chercheurs, auteurs, étudiants ou artistes.
Section réservée aux employés, stagiaires et bénévoles d’Artexte, qui témoignent de leur expérience professionnelle.
En conversation

Revisiter A Leap in the Dark trente ans plus tard

Ryan Conrad est professeur adjoint de recherche au Feminist Institute of Social Transformation de l’Université Carleton et l’auteur de la monographie à paraître Radical VIHsion: Canadian AIDS Film and Video.

Retraité et dégagé de certaines des obligations fastidieuses inhérentes à la pratique professionnelle, Allan Klusaček continue son travail de recherche et son implication de première ligne dans divers organismes dédiés au VIH et à la santé mentale à Toronto.

Ken Morrison partage son temps entre Cuernavaca et la Saskatchewan; il est consultant indépendant et travaille comme formateur/facilitateur/auteur sur les réponses sanitaires et sociales au VIH, le genre, la réduction de la stigmatisation, la diversité et l’inclusion. Il travaille aussi actuellement sur un film documentaire sur la réponse mondiale au sida.

 

Cette recherche a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH).

Klusaček, Allan and Morrison, Ken. A Leap in the Dark : Aids, Art and Contemporary Cultures. Montréal, Qc: Vehicule Press; Montréal, Qc: Éditions Artexte, 1992.

Pour lire la version numérique de l’anthologie A Leap in the Dark

Dans les mois qui ont suivi la 5e conférence internationale sur le sida, qui s’est déroulée à Montréal à l’été 1989, les activistes Allan Klusaček et Ken Morrison s’affairaient à mettre au monde ce qui deviendrait une anthologie phare de la critique culturelle du VIH/sida:  A Leap In the Dark: AIDS, Art & Contemporary Cultures. Ces militants  fréquentaient les mêmes cercles sociaux, mais ce fut aux funérailles d’un ami commun à la fin des années 80 qu’ils se sont véritablement rapprochés. D’amis, ils sont également devenus collaborateurs lors de la conférence de Montréal sur le sida; ensemble, ils ont organisé des événements culturels sous la bannière de sidart. Allan a été le maître d’œuvre d’une exposition internationale de photographies prises par des personnes atteintes du VIH/sida. Il a aussi organisé une exposition d’affiches créées à Montréal sur le VIH/sida, qui se sont insérées dans les espaces publicitaires du tunnel entre le Palais des Congrès et la station de métro Place-d’Armes [1]. Ken, quant à lui, fut le coordinateur principal de la programmation de sidart. Comme il se le rappelle : 

 

Les organisateurs de la conférence m’ont demandé de diriger l’une des neufs thématiques de la conférence qui, au moment de leur demande, se trouvait dans la catégorie :  «autre ». J’ai alors pensé : « Allons-y avec des approches culturelles! ». Nous avons ainsi lancé un appel pour des soumissions de vidéos  de partout dans le monde et ça a mené à plein d’autres choses [2].

Affiche créée par Allan Klusaček et Dan Anderson pour l'exposition d'affiches sur le sida qu'Allan a organisée dans le cadre de la cinquième conférence internationale sur le sida.

Ainsi, sidart a proposé une série d’événements : des conférences le midi et en soirée, huit expositions, une programmation de films et de vidéos à l’ancien cinéma de l’Office national du film au complexe Guy-Favreau, ainsi que des performances en direct de Carol Leigh, Michael Callen, Martha Fleming, Lyne Lapointe et bien d’autres. Ces propositions étaient tout à fait innovatrices dans le contexte d’une conférence internationale bi-annuelle sur le sida, qui pendant des années s’était exclusivement concentrée sur l’approche biomédicale de l’épidémie. La conférence de 1989 était avant-gardiste à la fois pour ce volet culturel, mais également à cause des agitations d’activistes qui ont interrompu la plénière d’ouverture et remis en question les orthodoxies privilégiées par le modèle médical au cœur de la conférence [3]. Une grande partie de la conférence a été documentée par ces activistes, notamment avec le court métrage de John Greyson The World Is Sick [sic], qui a donné le coup d’envoi à la série télévisée communautaire Toronto Living with AIDS. Mais il y eu aussi des gens qui, comme Allan, ont commencé à transcrire les enregistrements des présentations et des conférences données par les activistes, les artistes et les universitaires qui étaient au programme de sidart. C’est à partir de ces transcriptions qu’allait prendre forme A Leap in the Dark.

Allan raconte comment l’idée du livre est survenue : 

 

J’avais devant moi toute cette information, qui avait été distribuée à quelques participant·e·s [de la conférence], mais qui constituait une mine de savoirs,  et c’était avant Internet, avant l’accès facile à toute une série de connaissances. Alors je me suis dit: « N’est-ce pas un cadeau? J’avais devant moi une anthologie! » [4]

 

Ken abonde dans le même sens: 

 

Après coup, nous avons tous deux senti que c’était trop beau que pour être relégué aux oubliettes. Que nous devions faire justice à tout ce travail et à la bonne volonté de ces intellectuel·le·s et artistes. Je dois dire qu’Allan s’est tapé tout le travail ingrat pour que ce livre voie le jour [5].

 

Une fois les transcriptions complétées, Allan s’est mis à la recherche d’un éditeur qui embarquerait dans le projet. Il se souvient des difficultés rencontrées pour trouver une maison d’édition prête à s’investir. Finalement, ce fut par l’entremise de contacts sur les réseaux sociaux que le livre a vu le jour : 

 

J’ai monté un projet pour pouvoir présenter le livre en espérant trouver preneur. J’ai sollicité des maisons d’édition, entre autres. Je n’avais aucune idée de ce que je faisais et un livre sur le sida à l’époque n’était pas la chose la plus populaire à publier. À la fin, Summer Hill Press à Toronto a mordu à l’hameçon, mais ça ne s’est pas concrétisé parce que l’éditeur est devenu trop malade pour mener le projet à terme. Comme je m’en plaignais à mon amie Martha Flemming, elle m’a dit « Pourquoi n’en parles-tu pas à Lesley Johnstone de Artexte? ». Lesley s’est chargée d’ajouter Simon Dardick de Vehicule Press, et c’est comme ça que c’est arrivé [6].

Avec l’appui d’un éditeur et le soutien de Ken, Allan a mené à bien le processus d’édition. Des thèmes ont émergé pour organiser les contributions et plus tard, il s’est allié à l’expertise de critiques culturels pour mettre les choses en contexte et ajouter de nouveaux textes. Cette collaboration entre Allan, Ken et les gens d’Artexte et de Vehicule Press ont mené à la publication de  A Leap in the Dark un peu plus de deux ans après la conférence de Montréal sur le sida de 1989.  

 

Aujourd’hui, le livre prendra un sens différent pour chaque personne, selon qu’elle aura vécu les années 80 et le début des années 90 ou qu’elle soit d’une génération plus jeune. Chose sûre, ce livre est un point marquant dans l’histoire de l’activisme autour du sida et de la production culturelle en réponse à l’épidémie et ce, non seulement d’un moment particulier dans le temps, mais aussi d’un lieu spécifique et des relations construites ou cimentées par l’expérience collective de la conférence de Montréal sur le sida de 1989. A Leap in the Dark est à la fois très canadien, mais aussi volontairement international. Il tente de faire le pont entre l’activisme intense et plein de rage de la lutte contre le sida de la fin des années 80 et un début d’essoufflement au début des années 90, au moment où de nombreux groupes militant contre le sida ont commencé à s’effondrer sous la pression énorme d’un nombre croissant de décès, de la cooptation des enjeux par le gouvernement et des clivages grandissants au sein des activistes du mouvement au sujet des  stratégies et des priorités à adopter [7].

Le Manifeste de Montréal est l'un des nombreux exemples de la collaboration internationale et des relations établies autour de l'activisme lors de la cinquième Conférence internationale sur le sida.

Pour célébrer le trentième anniversaire de cette anthologie, une version électronique de haute qualité sera lancée lors de la Journée mondiale de la lutte contre le sida et de Day With(out) Art  2022. Le travail d’Allan et de Ken est, pour ainsi dire, remis « à la page ». La publication électronique permettra surtout un accès renouvelé aux conversations transnationales de la fin du vingtième siècle sur l’activisme culturel du VIH/sida, auxquelles ce livre a contribué. Tandis que l’épidémie de VIH/sida continue de faire rage tant au niveau local qu’international, qu’aucun remède n’est encore en vue et que de nouvelles épidémies se profilent à l’horizon, ce livre offre aux activistes et aux artistes d’aujourd’hui un exemple de comment une communauté diversifiée de contestataires, d’artistes et d’intellectuel.les se sont réuni.es pour changer les conditions sociales, politiques et culturelles qui façonnaient leur vie. 

 

[Traduction par Vanessa Javaux]

Notes

  • Le sida en affiches – Collection des Archives gaies du Québec

    Les Archives gaies du Québec ont par la suite monté une exposition similaire d'affiches de militant·e·s du VIH/sida lors de la 24e Conférence internationale sur le sida qui s'est tenue à Montréal à l'été 2022. Le matériel de sidart a été donné à l'AGQ.

  • Entretien

    avec Ken Morrison réalisé par l'auteur en personne le 26 juillet 2022 à Artexte.

  • Pour d'autres réflexions

    sur l'impact de l'intervention des activistes/artistes à la conférence sur le sida de 1989, voir les transcriptions de Montréal d'AIDS Activist History Project.

  • Entretien

    avec Allan Klusaček réalisé par l'auteur le 12 juillet 2022 via Zoom.

  • Entretien

    avec Ken Morrison réalisé par l'auteur en personne le 26 juillet 2022 à Artexte.

  • Entretien

    avec Allan Klusaček réalisé par l'auteur le 12 juillet 2022 via Zoom.

  • Moving Politics : Emotion and ACT UP's Fight against AIDS
    Deborah Gould (2009)
    University of Chicago Press

    Pour une description de cette fracture militante au début des années 1990.

Article précédent

juin 2022
Raven Spiratos