Le blogue d’Artexte: un lieu d’échanges, d’expérimentation et de diffusion d’idées liées à la recherche en art actuel.

Regroupe des billets qui présentent des coups de cœur à travers la collection, ainsi que des liens créés par la découverte spontanée
Comprend des échanges et conversations entre les chercheurs et le milieu de l’art contemporain. On y retrouve des entretiens, des réponses à des articles, ou encore les traces de partenariats institutionnels.
Un accès direct aux travaux et observations des individus qui fréquentent Artexte, qu’ils soient chercheurs, auteurs, étudiants ou artistes.
Section réservée aux employés, stagiaires et bénévoles d’Artexte, qui témoignent de leur expérience professionnelle.
Découvertes

L’exploration du street art, graffiti et art mural dans la collection d’Artexte

En 2017, j’ai eu l’opportunité de travailler à Artexte pour y développer un projet, qui allait mettre en valeur les documents de sa collection qui portent sur l’art mural, le graffiti et l’art urbain. Le Projet Art mural est une documentation bibliographique et photographique des peintures murales de Montréal. Ce projet a aussi été créé dans le contexte de mon mémoire de maîtrise qui porte sur l’institutionnalisation et les perceptions de la muséalisation des murales street art.[1]1Ana Maria Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales. M.A. Thesis, UQÀM. Enfin, ce projet a été l’occasion de fournir à la collection d’Artexte, un outil de référence sur l’une des formes d’art les plus importantes de notre siècle, le street art.[2]2Ana Maria Vera (2018). Bibliography on Mural Art, Street Art and Graffiti. Artexte . Artexte met à la disposition des bibliographies thématiques créées par des chercheurs en résidence ou par son équipe. Les bibliographies d’Artexte sont d’excellentes ressources pour les étudiants et les chercheurs, car elles mettent en valeur la collection d’Artexte sur divers sujets, comme l’art noir canadien, les arts de la scène, les livres de photos, l’art public, etc.[3]3 (). Bibliographies. Afin de combler le manque de documentation accessible sur l’art mural, j’ai été invité à travailler sur le projet bibliographique qui allait tenir compte de mes intérêts de recherche généraux ainsi que mon expérience de catalogueur.

Photo: Mural by Betz Etam for Mural Festival, Montreal, 2013. By Ana Maria Vera, 2018.

Selon moi, le street art est l’une des formes d’art les plus dynamiques et les plus polyvalentes du XXIe siècle et, à l’instar de nombreuses autres formes d’art, il a un impact significatif sur notre environnement bâti et notre paysage culturel. D’abord marginale et illégale, la manifestation artistique du street art est devenu un mouvement mondial accepté et reconnu dans le contexte de pratiques artistiques traditionnelles.[4]4Ana Maria Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales. M.A. Thesis, UQÀM, 1. Mon intérêt pour le street art a débuté lors de mes recherches de maîtrise, dans lesquelles j’ai constaté un manque d’études sur le street art et l’art mural d’un point de vue muséologique. Pour cette raison, mon mémoire retrace en partie l’histoire des murales à travers l’univers vaste et complexe du mouvement street art. Cette étude s’est avérée difficile à cause du manque de consensus sur l’origine des pratiques street art et de ses différentes appellations.[5]5Ana Maria Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales. M.A. Thesis, UQÀM, 9. Cependant, les murales street art que nous voyons aujourd’hui sont pour la plupart associées à la tradition du graffiti qui a émergé à New York et à Philadelphie dans les années 1960 et 1970.[6]6Ana Maria Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines. M.A. Thesis, UQÀM, 10.

 

Un aspect important de mes recherches portait sur la manière dont les institutions muséales considèrent les murales street art et comment ils les intègrent dans leurs expositions, leurs collections et leurs archives. J’ai remarqué qu’il y avait une absence de protocole institutionnel en matière d’indexation et de documentation du Street art dans leurs bases de données et une non-conformité des critères déterminant quelles œuvres sont incluses dans les collections institutionnelles et pourquoi.[7]7Ana Maria Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales. M.A. Thesis, UQÀM, 4. Par conséquent, l’objectif du Projet Art Mural ne n’était pas seulement d’explorer la collection d’Artexte, mais aussi de donner de la visibilité à des documents portant sur le sujet. Enfin, il s’agissait plus particulièrement de souligner l’importance du street art en tant que sujet d’étude pour toute institution culturelle consacrée à la promotion, à la recherche et à diffusion de l’art.

 

Le projet compte deux composantes. La première partie consistait à créer la « Bibliographie sur l’art mural, le street art et les graffiti » en effectuant des recherches approfondies et en consultant la collection Artexte. Cette bibliographie, qui est disponible pour consultation en ligne, comprend 51 notices individuelles ainsi que 10 fichiers différents, dont 5 ont été créés pendant que je travaillais sur le projet.[8]8Ana Maria Vera (2018). Bibliography on Mural Art, Street Art and Graffiti. Artexte. L’un des défis auxquels j’ai été confronté au cours de ce processus a été la définition de critères de sélection et la définition de l’étendue de la bibliographie et pourquoi, raison pour laquelle cette décision était en elle-même difficile à prendre étant donné la complexité du monde du street art. J’ai identifié les fichiers pertinents de la collection, parcouru ses dossiers physiques et ses documents numériques. Une grande partie des documents physiques se trouvaient dans l’arrérage de la collection et qui ont ensuite été classifiés, catalogués et classés afin de les rendre totalement accessibles aux futurs chercheurs. La seconde partie de ce projet a impliqué une documentation photographique des murales de Montréal. Travaillant dans un délai de deux mois, j’ai limité les murales qui seraient incluses. Étant donné que le dossier du festival MURAL était l’un des rares dossiers constitués au cours de ce projet, j’ai décidé de documenter les murales créées dans le cadre de ce festival. Un total de 61 murales créées entre 2013 et 2017 ont été documentées, dont 53 étaient encore visibles à l’automne 2017.

Photo: Mural by Ricardo Cavolo for Mural Festival, Montreal, 2017. By Ana Maria Vera, 2019.

Le processus impliquait de photographier chacune de ces murales et de créer un tableau pouvant servir de base de données pour saisir le nom des artistes ; leur pays d’origine ; l’année de création des murales ainsi que son emplacement ; et si elles étaient encore visibles du public ou non, car beaucoup de ces murales se détériorent ou sont effacées pour laisser place à de futures murales. Un ensemble séparé de listes contenant les noms des street artistes canadiens et des collectifs ; le nom d’autres festivals de street art et les noms de galeries spécialisées dans l’e street art ont également été créés pour permettre aux bibliothécaires d’Artexte de s’attaquer aux nouveaux artistes, de définir de nouvelles acquisitions pour la collection et de fournir une assistance supplémentaire aux chercheurs en ce qui concerne les publications disponibles dans les bibliothèques voisines.

 

La documentation du street art n’est pas nouvelle. En fait, la documentation sur le graffiti et le street art a commencé avec la photographie dans les années 1970 et 1980 avec le travail des photographes Martha Cooper et Henry Chalfant.[9]9Jerome Catz (2013). Street art, mode d'emploi. Paris: Editions Flammarion, 32. En conséquence, de nombreux magazines spécialisés sur le sujet ont vu le jour, ainsi que des sites Web avec l’avènement de l’Internet.[10]10Jerome Catz (2013). Street art, mode d'emploi. Paris: Editions Flammarion, 32. Nous pouvons le constater à travers les nombreuses plateformes en ligne dédiées à la diffusion de nouvelles, d’événements et de biographies des street artistes, telles que Street Art News, Wide Walls, Global Street Art, etc. En outre, l’apparition des médias sociaux (Facebook, Twitter, Instagram) a permis aux artistes de faire connaître leur travail dans le monde entier, de le partager avec ses abonnés et des passionnés sur le sujet.[11]11Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines. 15.

 

Plus récemment, nous avons vu ces dernières années à l’émergence d’archives, de bibliothèques et de centres de recherche sur le street art. Le Google Street Art Project est l’une de ces initiatives. Il documente et géolocalise le street art à travers le monde, mais propose également des parcours en ville et des « visites virtuelles ».[12]12 (). Google Street Art Project . Un autre exemple est Open Street Art Data Initiative, une base de données de street art contenant des informations sur les œuvres, les artistes et les géolocalisations de murales street art du monde entier, ainsi que leur statut.[13]13Street Art Cities (). Open Street Art Data Initiative.  Un dernier exemple est la création d’institutions consacrées à la collecte, à la promotion et à la recherche en matière de street art, comme l’Urban Nation Museum for Urban Contemporary Art à Berlin, dont la bibliothèque abrite la collection de livres unique de la célèbre photojournaliste Martha Cooper. Le musée a l’intention d’agrandir sa bibliothèque et de mettre des ressources bibliographiques à la disposition des chercheurs.[14]14Urban Nation (July 2016). The Urban Nation Museum for Contemporary Art. Urban Art: Creating the Urban with Art Proceedings of the International Conference at Humboldt-Universität zu Berlin, 15-16, 165-166.

Photo : Carte des murales street art à Montréal. Open Street Art Data Initiative, 2018.

Documenter le street art est important parce qu’il s’agit essentiellement d’un art éphémère. Les murales street art sont un art in situ, car elles sont nées dans un contexte et un espace particuliers, à savoir les rues, et deviennent par conséquent un élément très important du paysage urbain.[Note invalide] Leur éphémérité crée également un sentiment d’imprévu et a le pouvoir de surprendre les passants, qui réalisent soudainement l’existence d’une œuvre qui n’existait pas auparavant.[16]16Peter Bengtsen (2014). The Street Art World. Lund : Almendros de Granada Press, 139-140. Les œuvres étant créées dans les rues sont régulièrement exposées à l’effacement, au recouvrement ou à la dégradation par les éléments. La reconnaissance du street art en tant que pratique artistique contemporaine comme toute autre a suscité la préoccupation de le conserver et a créé le besoin de contrer l’aspect éphémère des œuvres.[17]17Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines. 26. En conséquence, toutes les initiatives susmentionnées sont importantes, car elles jouent non seulement un rôle important dans la diffusion et la visibilité du street art, mais elles ont également pour objectif d’enrichir la documentation sur les œuvres éphémères et de rendre ces données accessibles pour des recherches futures. Pendant que je travaillais sur ma thèse, j’ai découvert que les notions institutionnelles de documentation, de préservation et de catalogage des œuvres de street artistes étaient encore très ambiguës, en partie à cause des perceptions institutionnelles de ce qu’est le street art et de ce que les artistes envisagent pour leur travail en milieu institutionnel.[18]18Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines. 48. Les perspectives d’intégration du street art dans les musées et autres institutions culturelles et artistiques sont encore très divisés.

En outre, le street art est souvent traité et documenté différemment du reste des œuvres d’art dans les musées, par exemple, et il est difficile de savoir si cela est dû au fait que les institutions ont l’intention de respecter la trajectoire et la pratique des artistes en relation avec le caractère éphémère de leurs œuvres, ou parce que les artistes et les institutions sont encore réticents à l’idée de documenter, cataloguer et collectionner des œuvres.[19]19Vera-Jaramillo (2018). Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines. 72. Malgré les nombreuses controverses autour du sujet du street art et de son institutionnalisation, la documentation est une procédure cruciale pour les institutions et je crois fermement que la documentation sur le street art nourrit et immortalise finalement notre mémoire sur celui-ci ; nous permet de contextualiser chaque étape de l’élaboration et nous aide à comprendre et à interpréter notre culture visuelle et populaire d’une manière différente.

 

Bien que le sujet du street art soit trop vaste pour que ce projet soit exhaustif, mon intention était de fournir des outils et des ressources pour les recherches futures. Je suis conscient que le projet est aussi subjectif et reflète certains choix que j’ai dû faire en tant que chercheur et catalogueur tout au long du processus. Cela dit, j’espère avoir pu mettre en évidence l’importance du street art en tant que sujet d’étude et en tant que pratique qui mérite une place dans le monde de l’art contemporain. Je souhaitais également identifier les notices biographiques d’Artexte sur le street art et faire des recommandations pour le développement futur de sa collection autour du sujet.

 

En s’intéressant à un sujet tel que le street art, les institutions s’ouvrent à de nouveaux dialogues sur les pratiques artistiques et à la reconnaissance de leur valeur historique, culturelle et artistique dans la société d’aujourd’hui. Il reste beaucoup à faire en matière de documentation et de recherche sur le street art au niveau institutionnel, mais l’avenir semble prometteur grâce aux différentes initiatives créées par les individus et les entités qui s’y intéressent.

Notes

  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales
    Ana Maria Vera-Jaramillo (2018)
    M.A. Thesis, UQÀM
  • Bibliography on Mural Art, Street Art and Graffiti
    Ana Maria Vera (2018)
    Artexte
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales
    Ana Maria Vera-Jaramillo (2018)
    M.A. Thesis, UQÀM
    1
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales
    Ana Maria Vera-Jaramillo (2018)
    M.A. Thesis, UQÀM
    9
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines
    Ana Maria Vera-Jaramillo (2018)
    M.A. Thesis, UQÀM
    10
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines: Les discours sur la conservation et le statut des œuvres au sein des institutions muséales
    Ana Maria Vera-Jaramillo (2018)
    M.A. Thesis, UQÀM
    4
  • Bibliography on Mural Art, Street Art and Graffiti
    Ana Maria Vera (2018)
    Artexte
  • Street art, mode d'emploi
    Jerome Catz (2013)
    Paris: Editions Flammarion
    32

    See also Snyder, 2015.

  • Street art, mode d'emploi
    Jerome Catz (2013)
    Paris: Editions Flammarion
    32
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines
    Vera-Jaramillo (2018)
    15
  • Google Street Art Project

    The Google Street Art Project is an initiative developed by the Google Cultural Institute, whose aim is to provide a database of street art works around the world. It offers maps with the locations and key information of the different murals; virtual exhibitions as well as audio tours.

  • Open Street Art Data Initiative
    Street Art Cities
  • The Urban Nation Museum for Contemporary Art
    Urban Nation (July 2016)
    Urban Art: Creating the Urban with Art Proceedings of the International Conference at Humboldt-Universität zu Berlin
    15-16 : 165-166

    See also Christian Omodeo, “Face à l’urbain : bibliothèques d’art, graffiti et street art, ” Perspective 2 (2016)

  • The Street Art World
    Peter Bengtsen (2014)
    Lund : Almendros de Granada Press
    139-140
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines
    Vera-Jaramillo (2018)
    26
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines
    Vera-Jaramillo (2018)
    48
  • Les murales Street Art comme pratiques artistiques urbaines
    Vera-Jaramillo (2018)
    72

Article précédent

septembre 2019
Hélène Brousseau