Photo : Dossier d’artiste du collectif Unceded Voices/Les Voix insoumises, 2019.

Camille Larivée, Wikipédienne en résidence

Automne 2019

Nous sommes fières d’accueillir Camille Larivée à titre de première Wikipédienne en résidence à Artexte pour le mois d’octobre. Elle participera également à la discussion participative qui aura lieu le 9 novembre 2019 lors de la journée de la troisième journée contributive à Wikipédia Art + Féminisme organisée avec le Musée d’art contemporain de Montréal.

 

La recherche de Larivée se concentre sur l’invisibilité dans Wikipédia des artistes autochtones, racisé.es et membres de la communauté LGBTQ2S+ et dont les pratiques se développent autour du street art (murales, collages, pochoirs, graffitis, etc.) et des pratiques en espace public urbain (performances, installations et actions directes). Ces médiums sont des appels à l’action immédiate, effectués majoritairement dans un esprit de solidarité collective, où les voix, les corps et les histoires de ces individus sont mis de l’avant et honorés. Ces artistes et collectifs qui partagent des histoires alternatives de résilience et qui s’inscrivent en dehors des institutions artistiques, font partie des oublié.es de l’histoire de l’art et de Wikipédia.

 

Cette résidence de recherche assurera l’inscription de ces artistes et types de pratiques dans Wikipédia, permettant ainsi d’accroître et d’élargir l’accessibilité, la reconnaissance et la notoriété des pratiques d’interventions urbaines sur des « sites de négociation continuelle, de résistance considérable et de transgression sociale.»[1] Cette recherche met donc en lumière des expressions artistiques visuelles et corporelles axées sur l’empowerment et la mémoire collective dans les espaces publics urbains.

 

De même, l’ajout de ces noms et ces pratiques à Wikipédia est essentiel pour assurer une plus grande inclusivité et pluralité de voix dans l’encyclopédie Wikipédia et durant les journées de contribution Wikipédia Art + Féminisme.

 

Camille Larivée est une street artiste, commissaire indépendante, auteure et travailleuse culturelle basée à Tiohtià:ke/Mooniyaang, territoires non cédés Haudenosaunee et Anishinabe (Montréal, QC). Elle détient un Baccalauréat en Histoire de l’Art et un certificat en études féministes de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle a cofondé le collectif Unceded Voices/Les Voix Insoumises en 2014, une convergence qui travaille sur l’invisibilité des femmes artistes et muralistes autochtones et de couleur, 2Spirit et Queer, dans l’espace urbain montréalais. Ayant récemment terminé la coordination du Projet Tiohtià:ke, un ambitieux cycle de deux ans de programmation d’expositions et de commissariat réunissant des artistes et commissaires autochtones du Québec et d’ailleurs pour l’Aboriginal Curatorial Collective/Collectif des Commissaires Autochtones (ACC/CCA), Camille travaille toujours au sein de l’ACC-CCA où elle est maintenant directrice de la programmation.

 

[1] Kathleen Lorde (2005). << Permeable Boundaries: Negotiation, Resistance, and Transgression of Street Space in Saint-Henri, Quebec, 1875-1905 >>, Urban History Review/Revue d’histoire urbaine, vol. 33 (2), 17-29.