Photo : Welcome to Africville, Dana Inkster, 1999, collection VTAPE. With the permission of the Yaniya Lee, 2020.

Archives périphériques

Yaniya Lee @ Artexte

Hiver - printemps 2020

Les artefacts et les récits des femmes queer noires font rarement surface dans les archives et les canons en histoire de l’art. Pourtant, comme le note Katherine McKittrick dans «Mathematics Black Life», les généalogies des Noirs – de la vie noire – se trouvent dans les archives. Chez Artexte, la chercheuse en résidence, Yaniya Lee, vise à concilier cette absence et cette présence en suivant la trace de blackness et de production culturelle noire dans la collection. Respecter la tendance fugitive du blackness signifie qu’il ne peut pas s’agir d’un projet de capture – au mieux Lee espère trouver le mouvement et les lieux de repos temporaires d’une présence archivistique noire, et tracer une trajectoire de dislocations.

 

Cette recherche située commence par plusieurs questions: comment la collection Artexte détient-elle la production culturelle noire? Que contient-elle que les étiquettes ne signalent pas? De quelles manières les pratiques des arts noirs restent-elles en dehors de la capture? Que signifie le travail d’archivage pour les Noirs?

 

Yaniya Lee est une écrivaine et éditrice basée à Toronto qui s’intéresse à l’éthique de l’esthétique. Sa recherche interdisciplinaire remet en question les pratiques de lecture critique et reconsidère l’histoire de l’art canadien. Lee faisait auparavant partie des comités consultatifs éditoriaux des magazines Fuse and C et elle travaille actuellement comme rédactrice en chef au magazine Canadian Art. De 2012 à 2015, elle a animé le programme baladodiffusion Art Talks MTL, une série d’entretiens de longue durée avec des artisans montréalais. Ses écrits ont été publiés dans Flash, FADER, Vulture, Canadian Art, VICE Motherboard et C Magazine. Elle a été membre fondatrice du collectif MICE Magazine et est membre du groupe de travail EMILIA-AMALIA, ce dernier étant artiste en résidence au Musée des beaux-arts de l’Ontario à l’été 2017. Elle a participé à des résidences à Banff (2017), la Blackwood Gallery (2018), Gallery 44 (2018) et Vtape (2019), et elle sera la chercheuse 2020 en résidence à Artexte. L’automne dernier, avec la commissaire Denise Ryner, Lee a co-organisé le symposium Bodies, Borders, Fields. La série d’ateliers, de performances et de conférences de 3 jours a revisité une conversation en table ronde de 1967 du magazine artscanada sur le thème du «noir». À l’issue du symposium, Ryner et Lee seront les rédacteurs invités du numéro d’été 2020 du magazine Canadian Art.